viabizzuno

worldfr

world

kilometro rosso
lieu:stezzano, bergamo
projet:ateliers jean nouvel
acheteur:brembo spa
projet éclairage:mario nanni progettista
responsable technique de zone:matteo vivian
chef de travailleur:studio blast
une façade unique, linéaire, sans solutions de continuité: tel est le visage rouge de 1 kilomètre de longueur du projet de jean nouvel pour le nouveau parc scientifique et technologique le long de l’autoroute milan venise. un lieu qui abrite des entreprises, des centres de recherche, les laboratoires et des activités de production hi-tech. outre la façade, un monde s’inspirant de la multiplicité de secteurs et de disciplines où trouvent place plusieurs dizaines d’entreprises à l’avant-garde dans la recherche qui emploient plus de 600 personnes, ingénieurs, techniciens, chercheurs et personnel hautement qualifié confondus, avec de grandes capacités et de grandes connaissances dans des domaines divers mais complémentaires: de la mécanique à l’électronique, de la chimie et la physique des matériaux, à la thermomécanique et à la dynamique des fluides. l’entreprise phare à la tête de ce projet est la société brembo, leader mondial dans la production de freins, qui se distingue par une grande capacité entrepreneuriale et qui investit 6% de ses bénéfices annuels dans les activités de recherche et développement. le projet architectural du pôle technologique brembo et le projet d’ensemble de toute l’aire ont été confiés à l’architecte jean nouvel qui a ensuite été épaulé par le l’agence blast pour la réalisation et l’assistance sur le chantier. sans un projet aussi fort et sans la coordination entre les deux agences, il n’aurait pas été possible de donner le juste visage à ce qui deviendra un espace emblématique de la recherche et de la technologie en italie, et qui est d’ores et déjà un des parcs scientifiques et technologiques européens entièrement financés par des entreprises privées, caractéristique qui garantit une plus grande flexibilité en termes de décision et de gestion dynamique. la complexité de l’intervention, la nécessité de répondre aux exigences des différents acteurs qui viendront s’implanter sur le nouveau pôle et, surtout, la volonté de partager la valeur de la diversité de différentes expressions architecturales ont conduit à la définition d’un programme qui, d’une part, élabore le plan d’ensemble de l’intervention et, d’autre part, exprime les idées générales à suivre pour le développement architectural de chaque édifice. jean nouvel s’est concentré sur certains points en particulier: le rapport avec l’autoroute A4, la signification de la perception cinétique, le rapport entre l’image et le contenu de l’architecture. l’autoroute devient l’axe sur lequel le nouveau centre s’appuie et à partir duquel il prend vie, sans se mettre à l’écart, sans la diaboliser, mais au contraire en l’intégrant au projet, en faisant de cet axe une source d’inspiration et non pas un obstacle. la perception cinétique qui s’impose à nous avec l’autoroute devient l’atout de tout le projet: le dynamisme est communiqué par des ouvertures de l’édifice sur le grand parc de 400.000 mètres, par les volumes architecturaux qui s’agencent les uns avec les autres et se déploient par des porte-à-faux aux limites des lois statiques, par l’utilisation de la lumière. la lumière naturelle dialogue et joue avec les façades, spécialement conçues pour avoir un feeling avec la lumière à même de susciter des émotions sur le visiteur et d’insuffler une nouvelle vie aux édifices selon les heures et les saisons. la lumière artificielle est en revanche conçue et réalisée, d’une part pour s’intégrer à l’architecture, et d’autre part pour la provoquer. le luminaire réalisé par Viabizzuno sur un dessin de jean nouvel pour l’aire de stationnement puise à une source de toute évidence aéroportuaire: un luminaire qui est à la fois enseigne et lumière signalétique, un luminaire qui met plus encore l’accent sur le dynamisme du versant autoroutier, mais qui dans le même temps ne se laisse pas dominer par un mouvement incontrôlé, celui qui ne permet pas l’identification. les lumières des intérieurs conçues par Viabizzuno ont la capacité de s’intégrer aux espaces architecturaux, tout en les caractérisant. le long couloir que le personnel doit emprunter pour se rendre dans les bureaux a été envisagé comme un livre, une narration sur le monde extérieur pour toutes celles et ceux qui doivent passer ici des journées entières en s’isolant du monde extérieur; une longue découpe de lumière réalisée avec le système 094 et câblé avec des diodes rgb programmables de telle sorte qu’au sein de cet espace, selon les heures de la journée, selon les circonstances et les conditions atmosphériques, la lumière change et parle du temps et de notre état d’âme. la journée commence par les teintes vives du rouge et la sortie de l’entreprise s’inscrit à l’enseigne du bleu, couleur du repos et de la quiétude. la technologie et la conception ont également été mises au service du luminaire, généralement monté parce qu’il le faut et non pas parce qu’on le veut: la lumière de secours. les lampes anti-incendie portent le nom de ‘transparences’: des volumes en méthacrylate transparent montés sur des bases en aluminium extrudé noir; un luminaire qui assure une fonction de lumière d’ambiance, signalétique, lampe guide et alarme anti-incendie, câblé pour différents types de sources et flexible parce qu’il est possible de le personnaliser en appliquant une sérigraphie au support diffuseur. pour la salle de conférence, mario nanni a réalisé un luminaire spécialement conçu à cet effet: la campana brembana. ce luminaire est encastré dans la structure réticulaire qui forme l’énorme plafond de la salle totalement dépourvue de cloisons et de piliers, il s’agit d’un corps en plâtre peint en blanc à section ellipsoïdale câblé avec un module de fluorescences et un module de diodes rgb. la lumière complexe qu’il est ainsi possible de contrôler grâce à ce corps est fluide, malléable, jamais égale à elle même, tout comme la lumière naturelle, capable de s’immiscer dans les espaces en les rendant uniques et sans jamais les écraser. il y avait à cela une condition: concevoir un luminaire pour toutes les innombrables activités que cette salle doit abriter, une lumière capable de s’intégrer et de raconter, de ne pas occuper, par un quelconque encombrement volumétrique, un espace architectural conçu pour être à ce point libre et vaste. la campana brembana s’apparente par conséquent à un luminaire parfaitement représentatif de l’intervention de mario nanni comme concepteur d’éclairage de cet édifice, un corps capable de suivre également le projet philologique qui a conduit jean nouvel dans la définition de tous les espaces et de tous les volumes de ce pôle technologique. dynamisme, intégration architecturale, composition harmonieuse de lumière et de couleurs sont les signes distinctifs de ces deux projets, celui à grande échelle de jean nouvel et l’autre, à échelle réduite, de mario nanni.

scroll

mouse

HTML 4.01 Valid CSS Page loaded in: 3.046 - Powered by Simplit CMS