viabizzuno

worldfr

world

cà giustinian, siège fondation la biennale, venise
lieu:venice, italy
projet:progetti speciali la biennale di venezia, pina maugeri
acheteur:presidente la biennale di venezia, paolo baratta
projet éclairage:mario nanni
responsable technique de zone:rosella michieletto
chef de travailleur:progetti speciali la biennale di venezia
ca' giustinian (saint-marc, 1364/a) est le siège historique de la biennale de venise et de ses bureaux. à l'issue d'une soigneuse restauration de l'édifice qui a duré trois ans, ca' giustinian est à nouveau le siège de la biennale de venise. ce palazzo, situé tout près de la place saint-marc, offre des espaces et des services destinés au public et entend devenir la ‘maison' de la biennale de venise et un lieu de rencontre pour les vénitiens. un lieu de relation avec la ville et d'attraction pour des rencontres et des manifestations. à l'intérieur et à l'extérieur, s'ouvrent à présent des espaces pour une fréquentation ouverte des citadins et des visiteurs. au rez-de-chaussée, l'ancienne salle des glaces avec vue sur le bassin de saint-marc devient l'ombre du lion, une cafétéria qui est aussi un salon pour la ville voué à des initiatives culturelles, permettant d'inviter des artistes et des personnalités pour des rencontres avec le public. dans ce lieu, mario nanni a conçu une lumière émotionnelle et communicative, une paroi narratrice éclairée par une de ses poésies lumière, qui cette fois s'inspire des ‘barene', bancs de sable de la lagune vénitienne qui tantôt apparaissent tantôt disparaissent, des perspectives des ‘calli', les ruelles de venise, de la lumière du gris vénitien et du lent écoulement du temps de la cité fait de pas et de regards. les parties restantes de cet édifice complexe qui s'étend sur cinq niveaux a été éclairé par Viabizzuno, avec un projet sur mesure pour les différents espaces parce que telle une maison, cà giustinian est constitué de différentes zones dont chacune a sa fonction, et des différents organes nécessaires au fonctionnement de tout l'organisme. la lumière est systématiquement pensée comme une clé de lecture de l'espace, au service de la fonction spécifique mais à l'intérieur d'un unique système. la lumière de ca' giustinian peut être lue comme le fil conducteur du lieu, à travers les espaces et les temps de ses âmes multiples. plusieurs zones d'intervention : des bureaux aux espaces de service, des halls aux lieux de liaison, des aires d'exposition aux espaces présidentiels, de la cafétéria aux terrasses du dernier niveau, de la passerelle sur l'eau qui marque l'entrée depuis le grand canal aux parcours de sécurité. la complexité des zones d'intervention a fait voir le jour à un projet complexe, riche de solutions architecturales et de solutions d'éclairage qui ont dû tenir compte d'un grand nombre de contraintes de ce palais historique. l'éclairage des espaces destinés aux bureaux a dû tenir compte en premier lieu d'exigences d'ordre ergonomique, en faisant essentiellement référence aux attentes de celles et ceux qui travaillent dans ces espaces. à cela s'ajoutent des besoins complémentaires qui ont trait à l'orientation, l'indication, la présentation et la valorisation de l'espace de travail spécifique comme faisant partie d'un ensemble caractérisé par une image architecturale et institutionnelle propre. et cela est d'autant plus vrai pour ca' giustinian, où les espaces de bureaux à l'intérieur du siège de la biennale se subdivisent en deux catégories : espaces de réception, hall, salles d'attente et de représentation nécessitent un éclairage accueillant, qui contribue à orienter et informer le public, en s'intégrant au mieux à la signalétique interne. dans les nombreux locaux à l'intérieur de ca' giustinian destinés aux postes de travail des employés et de la direction, qui prévoient l'utilisation de moniteurs et autres périphériques, un haut degré de confort visuel est nécessaire qui requiert une grande attention à la distribution des luminances et au contrôle des phénomènes d'éblouissement. en revanche sur les zones de travail qui prévoient des activités qui on trait au rapport avec le public, aux activités de relation, de rencontre et d'échange, les locaux et espaces utilisables pour des réunions et prévoyant des aménagements adaptés aux besoins spécifiques, il est important d'allier performance visuelle et souplesse d'éclairage pour permettre le déroulement d'activités différentes au sein du même espace. dans les locaux de service tels que les archives et les entrepôts, il est en revanche nécessaire de privilégier un éclairage fonction des activités spécifiques et des équipements présents ; dans les espaces annexes, les couloirs et les toilettes, est nécessaire une lumière distribuée de manière uniforme. telle est l'étude qui a servi de base au projet d'éclairage pour cà giustinian. au plan architectural, s'agissant d'un édifice de très grande valeur historique réaménagé pour abriter des espaces de travail et de direction et une série d'activités annexes liées à la présence du public, ca' giustinian est constitué d'espaces qui présentent des caractéristiques très diverses concernant l'éclairage naturel, les volumes internes, la hauteur des espaces, la distribution des aménagement et la densité fonctionnelle de chaque espace de travail. toutes ces variables se combinent à la nécessité de développer un système de lumières cohérent et reconnaissable, permettant d'améliorer la perception de l'espace. le projet destiné aux bureaux allie le défi fonctionnel qu'imposent les différentes contraintes physiques, à la volonté de réunir tous les espaces de travail et de fonctionnalité à l'intérieur d'un système unique et cohérent. c'est pourquoi, a été mise au point une utilisation particulière du profil c2, système modulaire en aluminium extrudé et anodisé argent opaque qui se prête à une utilisation comme luminaire et comme caniveaux d'acheminement des câbles, amenant de la sorte la lumière du point prévu pour la sortie, au point idéal pour la distribution de la lumière au sein de l'espace, en répondant à des situations de distribution interne toujours différentes. le profil c2, mural et au plafond, assure une lumière directe et une lumière rasante qui permet, grâce à un système perçu comme unique dans l'espace, d'obtenir une lumière directe sur les bureaux, sur les tables et sur les rayonnages, et indirecte pour souligner les volumétries et les architectures des lieux. les sources de lumière utilisées sont des ampoules fluorescentes, gage de consommation limitée et de relative chaleur de la lumière (2700°K) ; grâce au diffuseur opalin, la diffusion de la lumière est facilitée. chaque bureau, selon ses dimensions et le nombre de postes de travail, est éclairé de manière à la fois spécifique et personnalisée, grâce à un système de profils, d'accessoires et de câblages qui se répète sans jamais être égal à lui-même. chaque niveau de cà giustinian possède son grand hall central de distribution, cœur de l'édifice qui se répète pour chaque situation de plan différent. l'éclairage de cet espace est assuré par des luminaires quasi muraux, en métal blanc : la source lumineuse est une ampoule halogène de 200W orientée vers le haut, à une inclinaison variable grâce à une ailette manuelle, et régulable. pour l'éclairage des couloirs de passage et de distribution, des espaces de service et des toilettes, est utilisé le luminaire net, dans les versions net mural et net p.s., en acier inox brillant, câblé avec ampoules fluorescentes de 3000°K. le luminaire change de longueur selon les dimensions de l'espace à éclairer, en distribuant la lumière de manière diffuse et en créant également des accents sur les murs pour catalyser le regard vers le nouveaux points de vue. la terrasse du cinquième niveau et un petit prolongement au niveau supérieur, constituent un espace de respiration de l'édifice extrêmement flexible, qu'il est possible d'aménager pour des rencontres, des réceptions, pour le travail ou pour le loisir. ces deux espaces à ciel ouvert sont un lieu de grande valeur tant au plan du paysage qu'au plan de l'architecture, compte tenu de la vue privilégiée sur la lagune et de sa dimension de place urbaine. sur la terrasse, davantage qu'en tout autre lieu de ca' giustinian, il est nécessaire d'allier un éclairage fonctionnel à un effet de lumière en harmonie avec la magie et l'unicité du lieu. la volonté est d'exalter l'atmosphère de la vue sur le grand canal, sur les campaniles et sur les toits de venise, en laissant ‘parler' le contexte, qui brille déjà de sa lumière propre. la terrasse vit donc de petits accents, nécessaires au confort de celles et ceux qui l'habitent, dans le respect total de la suggestion créée par le contexte, dans la magie des contrastes. à cet effet, il est important que la lumière se fonde avec les éléments de l'aménagement sans être une gêne ; la source lumineuse qui répond au mieux à cette attente est la diode qui, grâce à ses petites dimensions, s'intègre avec une grande souplesse aux éléments d'ameublement, fixes et mobiles. la diode des petits spots zero encastrés qui disparaissent dans le parquet de la terrasse en marquant le parcours en marge des tables et des sièges ; les diodes intégrées dans le parasol lumineux, ombrella, qui permettent de diffuser une lumière directe et indirecte, dont il est possible de contrôler les effets de couleur et d'intensité grâce à une télécommande ; les diodes qui illuminent les lanternes en papier nautique spécialement dessinées par mario nanni pour cette terrasses : il s'agit de campaniles de lumière. des lanternes lumineuses conçues par mario nanni et produites par Viabizzuno, réalisées en papier nautique synthétique sur une base et sur une structure en acier chromé, ces objets d'éclairage sont profilés selon la forme des campaniles que l'on peut admirer de la terrasse et le façonnage particulier du papier, découpé à hauteur de certains détails architecturaux, crée un dessin suggestif de pleins et de vides soulignés par l'allumage de la lumière présente à l'intérieur. le passage du faisceau lumineux projette les dessins des façades des campaniles sur le plan d'appui. elles ont été conçues pour être suspendues tout autour de la terrasse et une fois suspendues dans le vide elles ondulent au rythme du vent et des marées, mais elles sont aussi des lanternes de promenade, lumière idéale pour les espaces domestiques, pour l'accueil. le principe directeur est la pensée de giovanni klaus koenig à propos de la lumière qui caractérise venise ‘le mezzoforte qui par contraste avec le piano, devient fortissimo'. la lumière est systématiquement pensée comme une clé de lecture de l'espace, au service de la fonction spécifique mais à l'intérieur d'un unique système. la lumière de ca' giustinian peut être lue comme le fil conducteur du lieu, à travers les espaces et les temps de ses âmes multiples. plusieurs zones d'intervention : des bureaux aux espaces de service, des halls aux lieux de liaison, des aires d'exposition aux espaces présidentiels, de la cafétéria aux terrasses du dernier niveau, de la passerelle sur l'eau qui marque l'entrée depuis le grand canal aux parcours de sécurité. la complexité des zones d'intervention a fait voir le jour à un projet complexe, riche de solutions architecturales et de solutions d'éclairage qui ont dû tenir compte d'un grand nombre de contraintes de ce palais historique. l'éclairage des espaces destinés aux bureaux a dû tenir compte en premier lieu d'exigences d'ordre ergonomique, en faisant essentiellement référence aux attentes de celles et ceux qui travaillent dans ces espaces. à cela s'ajoutent des besoins complémentaires qui ont trait à l'orientation, l'indication, la présentation et la valorisation de l'espace de travail spécifique comme faisant partie d'un ensemble caractérisé par une image architecturale et institutionnelle propre. et cela est d'autant plus vrai pour ca' giustinian, où les espaces de bureaux à l'intérieur du siège de la biennale se subdivisent en deux catégories : espaces de réception, hall, salles d'attente et de représentation nécessitent un éclairage accueillant, qui contribue à orienter et informer le public, en s'intégrant au mieux à la signalétique interne. dans les nombreux locaux à l'intérieur de ca' giustinian destinés aux postes de travail des employés et de la direction, qui prévoient l'utilisation de moniteurs et autres périphériques, un haut degré de confort visuel est nécessaire qui requiert une grande attention à la distribution des luminances et au contrôle des phénomènes d'éblouissement. en revanche sur les zones de travail qui prévoient des activités qui on trait au rapport avec le public, aux activités de relation, de rencontre et d'échange, les locaux et espaces utilisables pour des réunions et prévoyant des aménagements adaptés aux besoins spécifiques, il est important d'allier performance visuelle et souplesse d'éclairage pour permettre le déroulement d'activités différentes au sein du même espace. dans les locaux de service tels que les archives et les entrepôts, il est en revanche nécessaire de privilégier un éclairage fonction des activités spécifiques et des équipements présents ; dans les espaces annexes, les couloirs et les toilettes, est nécessaire une lumière distribuée de manière uniforme. telle est l'étude qui a servi de base au projet d'éclairage pour cà giustinian. au plan architectural, s'agissant d'un édifice de très grande valeur historique réaménagé pour abriter des espaces de travail et de direction et une série d'activités annexes liées à la présence du public, ca' giustinian est constitué d'espaces qui présentent des caractéristiques très diverses concernant l'éclairage naturel, les volumes internes, la hauteur des espaces, la distribution des aménagement et la densité fonctionnelle de chaque espace de travail. toutes ces variables se combinent à la nécessité de développer un système de lumières cohérent et reconnaissable, permettant d'améliorer la perception de l'espace. le projet destiné aux bureaux allie le défi fonctionnel qu'imposent les différentes contraintes physiques, à la volonté de réunir tous les espaces de travail et de fonctionnalité à l'intérieur d'un système unique et cohérent. c'est pourquoi, a été mise au point une utilisation particulière du profil c2, système modulaire en aluminium extrudé et anodisé argent opaque qui se prête à une utilisation comme luminaire et comme caniveaux d'acheminement des câbles, amenant de la sorte la lumière du point prévu pour la sortie, au point idéal pour la distribution de la lumière au sein de l'espace, en répondant à des situations de distribution interne toujours différentes. le profil c2, mural et au plafond, assure une lumière directe et une lumière rasante qui permet, grâce à un système perçu comme unique dans l'espace, d'obtenir une lumière directe sur les bureaux, sur les tables et sur les rayonnages, et indirecte pour souligner les volumétries et les architectures des lieux. les sources de lumière utilisées sont des ampoules fluorescentes, gage de consommation limitée et de relative chaleur de la lumière (2700°K) ; grâce au diffuseur opalin, la diffusion de la lumière est facilitée. chaque bureau, selon ses dimensions et le nombre de postes de travail, est éclairé de manière à la fois spécifique et personnalisée, grâce à un système de profils, d'accessoires et de câblages qui se répète sans jamais être égal à lui-même. chaque niveau de cà giustinian possède son grand hall central de distribution, cœur de l'édifice qui se répète pour chaque situation de plan différent. l'éclairage de cet espace est assuré par des luminaires quasi muraux, en métal blanc : la source lumineuse est une ampoule halogène de 200W orientée vers le haut, à une inclinaison variable grâce à une ailette manuelle, et régulable. pour l'éclairage des couloirs de passage et de distribution, des espaces de service et des toilettes, est utilisé le luminaire net, dans les versions net mural et net p.s., en acier inox brillant, câblé avec ampoules fluorescentes de 3000°K. le luminaire change de longueur selon les dimensions de l'espace à éclairer, en distribuant la lumière de manière diffuse et en créant également des accents sur les murs pour catalyser le regard vers le nouveaux points de vue. la terrasse du cinquième niveau et un petit prolongement au niveau supérieur, constituent un espace de respiration de l'édifice extrêmement flexible, qu'il est possible d'aménager pour des rencontres, des réceptions, pour le travail ou pour le loisir. ces deux espaces à ciel ouvert sont un lieu de grande valeur tant au plan du paysage qu'au plan de l'architecture, compte tenu de la vue privilégiée sur la lagune et de sa dimension de place urbaine. sur la terrasse, davantage qu'en tout autre lieu de ca' giustinian, il est nécessaire d'allier un éclairage fonctionnel à un effet de lumière en harmonie avec la magie et l'unicité du lieu. la volonté est d'exalter l'atmosphère de la vue sur le grand canal, sur les campaniles et sur les toits de venise, en laissant 'parler' le contexte, qui brille déjà de sa lumière propre. la terrasse vit donc de petits accents, nécessaires au confort de celles et ceux qui l'habitent, dans le respect total de la suggestion créée par le contexte, dans la magie des contrastes. à cet effet, il est important que la lumière se fonde avec les éléments de l'aménagement sans être une gêne ; la source lumineuse qui répond au mieux à cette attente est la diode qui, grâce à ses petites dimensions, s'intègre avec une grande souplesse aux éléments d'ameublement, fixes et mobiles. la diode des petits spots zero encastrés qui disparaissent dans le parquet de la terrasse en marquant le parcours en marge des tables et des sièges ; les diodes intégrées dans le parasol lumineux, ombrella, qui permettent de diffuser une lumière directe et indirecte, dont il est possible de contrôler les effets de couleur et d'intensité grâce à une télécommande ; les diodes qui illuminent les lanternes en papier nautique spécialement dessinées par mario nanni pour cette terrasses : il s'agit de campaniles de lumière. des lanternes lumineuses conçues par mario nanni et produites par Viabizzuno, réalisées en papier nautique synthétique sur une base et sur une structure en acier chromé, ces objets d'éclairage sont profilés selon la forme des campaniles que l'on peut admirer de la terrasse et le façonnage particulier du papier, découpé à hauteur de certains détails architecturaux, crée un dessin suggestif de pleins et de vides soulignés par l'allumage de la lumière présente à l'intérieur. le passage du faisceau lumineux projette les dessins des façades des campaniles sur le plan d'appui. elles ont été conçues pour être suspendues tout autour de la terrasse et une fois suspendues dans le vide elles ondulent au rythme du vent et des marées, mais elles sont aussi des lanternes de promenade, lumière idéale pour les espaces domestiques, pour l'accueil. le principe directeur est la pensée de giovanni klaus koenig à propos de la lumière qui caractérise venise 'le mezzoforte qui par contraste avec le piano, devient fortissimo'.

scroll

mouse

HTML 4.01 Valid CSS Page loaded in: 3.104 - Powered by Simplit CMS