viabizzuno

worldfr

world

gaudì centre à reus
lieu:reus, spagna
projet:joan sibina & arquitectes associats
projet éclairage:joan sibina, mario nanni progettista
revendeur Viabizzuno:solobianca bcn s.l.
responsable technique de zone:vbospagna
reus, la ville natale de gaudì, possède à présent un musée entièrement dédié à l'œuvre du grand architecte. il ne s'agit pas du traditionnel espace qu'offre tout musée, statique, pompeux et rigide, il s'agit davantage d'un parcours à la découverte de l'œuvre magique et complexe d'un des plus grands maîtres de l'architecture moderne. une façon d'approcher le public de l'architecture de gaudì, d'apprendre à la comprendre, de découvrir le génie créatif et la formation de l'architecte. un homme, un visionnaire, un concepteur avant même d'être un architecte ; issu d'une famille dont plusieurs générations s'étaient consacrées au métier de chaudronnier, l'artisan qui fabriquait les chaudières, les casseroles et qui travaillait le cuivre et les autres métaux, gaudì lui-même revendiqua l'héritage de cette patrimoine familiale. le chaudronnier est un artisan qui crée un volume à partir d'une surface: avant même de commencer son travail, il est capable de l'imaginer dans trois dimensions, avant d'entamer le projet, il en voit l'espace. de santé fragile dès son plus jeune âge, gaudì dut se contenter d'être un observateur de ce métier familial, sans jamais pouvoir le pratiquer ; mais cela lui permit de développer un grand sens de l'observation et de vouer un amour profond à la nature. c'est pourquoi le lieu conçu pour raconter son œuvre n'est pas tant un espace contenant des maquettes, des photographies ou des documents, mais plutôt un espace aménagé. il ne s'agit pas d'un musée où sont exposés des maquettes, des photographies ou des documents, mais d'un espace aménagé. l'esprit, les sens, les émotions doivent solliciter le visiteur et prendre le dessus sur la vision bidimensionnelle des choses: l'architecture de gaudì doit être envisagée dans toute sa profondeur, ses contrastes, ses odeurs et ses couleurs, les inspirations et les matrices naturelles. le gaudì centre représente une nouvelle façon d'envisager les espaces d'exposition, une nouvelle manière de sensibiliser le public à l'architecture en le plongeant dans une expérience sensorielle à même de le fondre et de le dépayser dans cet espace. le projet d'éclairage de mario nanni exalte et accompagne ces sensations: sa lumière devient narrative, émouvante, vivante, dynamique et descriptive. le sol est un immense plan de la ville constellé de petits points de lumière flottants; comme autant de lanternes sur la mer, ces diodes bleues naviguent à la surface de la carte et indiquent les sites qui ont vu naître les réalisations architecturales dont il est ici question. les diodes sont logées à l'intérieur de petites sculptures de forme organique clairement inspirées de la mimésis avec la nature, imitation qui selon l'esthétique classique est la base de la création artistique. l'oscillation rythmique de ces objets lumineux crée un petit ciel au-dessus de chacun des édifices conçus par gaudì, le souligne et en raconte en partie l'histoire grâce à des cartes postales descriptives accrochées au fil à plomb, tendu entre le plafond et le luminaire fluctuant. les photographies des édifices sont elles aussi éclairées mais par un étroit faisceau de lumière blanche, discrète et linéaire, permettant de lire le contenu des illustrations sans autres narrations. autour de la plate-forme suggestive du plan de reus, s'ouvre l'espace de l'exposition proprement dite: le concept traditionnel de vitrine est abandonné pour être remplacé par des panneaux historiés encastrés dans le mur. l'élément suspendu de la lumière Viabizzuno généralement utilisé pour l'exposition de ses luminaires, est repensé pour être transformé en un livre - récit mural. le langage universel constellé de formes incroyables qui nourrissait la pensée de gaudì se matérialise par cette manière de raconter à travers les images et la lumière, au-delà de la fonction narrative des mots. il en est ainsi dans la grande salle qui abrite les vidéos: voyages dans le temps pour revivre dans toute leur plénitude sensitive les atmosphères naturalistes dont gaudì s'est toujours inspiré. il s'agit d'une salle apparemment sans limites, dont les parois ouvertes et dématérialisées par les images de lumière, une salle constellée d'une multitude de sièges, tel un parterre de fleurs, tels des nénuphars flottant sur une mer de lumière au-dessous des sièges eux-mêmes: la scène est à la fois onirique et irréelle, en parfaite harmonie avec l'esprit de l'art nouveau catalan. chaque siège a l'allure d'un pétale servant de halte pour suivre le flux des images, celles du récit de lumière et de couleur de gaudì; et alors s'engage une danse rythmique de lumière grâce à l'ampoule à images variables sur les murs et grâce à la lumière des diodes encastrés sous les sièges. le rythme de la lumière, sa progression et son éloignement, sa respiration, sont les concepts sur lesquels repose l'éclairage d'une sculpture de gaudì: un luminaire spécialement conçu à cet effet tourne et se déplace autour de la sculpture, à l'instar de la terre autour du soleil. avec l'irrévérence et le désir de voir les choses d'un point de vue diamétralement opposé, celui-là même qui constitue la richesse et la spécificité de la pensée de gaudì, ce luminaire voit le jour: c'est le soleil qui tourne autour de sa propre planète, c'est la planète qui dicte les règles, en recourant de manière mystique et sculpturale à la lumière. le projet de lumière pour cet espace bouscule les points de vue habituels et traditionnels, pour apprendre la leçon de gaudì: voir au-delà, imaginer pour créer, s'inspirer de la nature. leçon importante pour tout concepteur de lumière qui ne doit jamais oublier la lumière naturelle. leçon importante pour celles et ceux qui visitent l'espace, pour tous: apprendre à regarder au-delà de la forme des choses.

scroll

mouse

HTML 4.01 Valid CSS Page loaded in: 3.068 - Powered by Simplit CMS